PODCAST NATIF Fatberg et les égouts de la ville

PODCAT NATIF DU MIROIR DES SCIENCES
Océane Perrot, notre chroniqueuse lyonnaise nous parlera des égouts, et en particulier du fatberg Whitechapel, un bouchon de 130 tonnes et plus de 250 mètres de long qui a défrayé la chronique lorsqu’il a été découvert en septembre 2017 dans les égouts de Londres. Un truc immonde, dont une tranche est exposée au musée de Londres et continue à évoluer, à moisir, chargé qu’ile st de déchets organiques, de bactéries et de toute sortes d’immondices qui témoigne de tout ce qu’on jette dans nos égouts dans les grandes métropoles. Whitechapel est l’un des plus gros fatbergs jamais trouvé. Océane nous en parle et s’intéresse à la vie, pas très très rose, des égoutiers.

 

Fatberg est un mot valise qui contracte fat pour gras et iceberg… En gros un fatberg c’est un amas gigantesque et dur comme du béton de graisse. De graisse, oui, mais pas que… Parce qu’en effet les fatberg se trouvent dans les égouts, donc bien évidemment ils contiennent de l’huile, mais aussi des excréments, des préservatifs, des lingettes, des seringues, des cotons tiges, des tampons…. En somme, toutes ces petites choses pas très ragoûtantes que l’on pourrait jeter dans les toilettes.

Avant de couper ici votre radio parce que vous êtes écœurés de ce que vous venez d’entendre, je vous prie de faire un effort, la suite de cette chronique est importante. Je ne plaisante pas, concentrons-nous !

Je vous parle de fatberg, car Le Musée de Londres expose en ce moment un morceau du fatberg qui a été retrouvé dans les égouts londoniens en septembre dernier. Ce fatberg retrouvé à Londres pesait près de 130 tonnes et mesurait plus de 250 mètres.

Pourquoi exposer une telle horreur?  Pour sensibiliser la population à la pollution des égouts. Au quotidien, la majorité de gens, dont peut-être vous, ont tendance à confondre poubelle et toilette. C’est vrai qu’à partir du moment où on a tiré la chasse et fait coucou comme les bébés pour dire au revoir au contenu de la cuvette, on ne voit plus rien, ça a disparu, on se sent libéré.

Mesdames et Messieurs, attention scoop! Le contenu de la cuvette de vos toilettes ne se volatilise pas, ne disparaît pas et ne se dissout pas.

Il est en réalité gentiment acheminé par les égouts à des stations d’épuration. Donc les couches, les tampons, les préservatifs, les lingettes… Tout ce que vous pouvez mettre dans la cuvette des toilettes et qui n’est pas uniquement et strictement pipi, caca ou PQ au fur et à mesure, s’amasse dans les canalisations. Les excréments se voient bloqués par l’amas d’ordures et au fur et à mesure que les habitants de la ville tirent la chasse l’amas grossi pour devenir un gigantesque fatberg.

Alors évidemment le fatberg contient des milliards de millions de bactéries qui font du gaz et qui rendent le travail des égoutiers difficile et dangereux. Oui, les rats ne sont pas les seuls à passer du temps dans les égouts. Des humains comme nous, qui sont égoutiers, entretiennent les canalisations et permettent au réseau de fonctionner. En somme, c’est grâce aux égoutiers que l’odeur des égouts ne remonte pas envahir les rues.

Sauf qu’aujourd’hui on met n’importe quoi dans nos toilettes. Ce qui crée des fatberg, tout plein de bactéries, difficiles à évacuer pour les égoutiers et même dangereux pour leur santé.

Savez-vous qu’un égoutier voit son espérance de vie diminuée de 17 ans par rapport au reste de la population tellement il est exposé à des gaz ou des produits toxiques ?

Innocemment nous jetons les tampons, serviettes hygiéniques ou préservatifs dans nos canalisations, mais encore plus naïvement, nous prenons bien soin de mettre des gants mappa avant de balancer, aux égouts, nos bons produits d’entretien bien toxiques, type : javel, cilit bang, destop… Les égoutiers directement exposés à ses effluves toxiques et deviennent par nos beaux soins des candidats idéaux pour le cancer.

Peut-être serait-il bon, pour notre planète et aussi pour ces agents d’entretien des égouts, de prendre un peu de recul et de réfléchir à ce que l’on peut laisser couler tranquillement dans nos canalisations. Il est temps de prendre soin de ce qu’il se passe sous nos pieds.

Arrêtons de verser n’importe quel produit dans les canalisations. Stop au désodorisant « monoï et fraîcheur estivale » ou « senteur d’automne et champignon », emplis de substances chimiques. Stop au destop ou à la javel… Évitez aussi, s’il vous plaît, Mesdames, de jeter tampons et serviettes hygiéniques dans les toilettes. Les poubelles sont là pour ça ! Idem pour les préservatifs, les couches ou lingettes.

Revenons au basique, restons naturels, contentons-nous du pipi, caca.

Le Musée de Londres a donc décidé d’exposer un morceau de fatberg pour faire prendre conscience à sa population de l’univers qu’il y a sous ses pieds. 130 tonnes de fatberg, c’est énorme. Un petit morceau suffit pour le Musée. Notez bien que pour l’installer les ouvriers n’ont pas pu enlever leurs masques, car les milliards de bactéries émanent des gaz très toxiques.

Apparemment, pas de fatberg de cette taille déclaré à Paris. Mais si vous souhaitez éviter d’être soumis à cette exposition, réfléchissez à vos gestes, car aucune ville n’en est à l’abri.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :