La vie, la mort, la vie – 6 novembre 2015

Je ne vous convie pas à voyager en allant à une exposition mais c’est une invitation à lire le dernier livre d’Erik Orsenna  » la vie, la mort, la vie ». Mais Erik Orsenna n’a rien d’un scientifique pourriez-vous me rétorquer si vous étiez avec nous et c’est vrai !

Mais le sujet du livre est Louis Pasteur et lui c’est Le scientifique et pour être plus exact le vrai sujet du livre c’est LA connaissance dans son sens le plus noble. Nous n’apprenons donc pas seulement sur la vie du chercheur mais également sur les principes par exemple de la tannerie, des racémiques et de leur compréhension, de la fermentation….

Le livre est un peu comme un jeu de piste à la recherche de bactéries et de virus. Nous voyageons également à travers le monde en suivant la création de l’institut Pasteur de Paris mais également celle des instituts à travers le monde. Ce livre m’a un peu démystifié le personnage entre autre lorsqu’il a pris la tête de l’Ecole Normale mais pour peu de temps ou lors de son discours de réception à l’Académie française. Dans ce discours, si dans un 1er temps Pasteur fait l’éloge de son prédécesseur Emile Littré, la suite n’est que reproche et critique. Lorsque c’est au tour du président de prendre la parole pour lui répondre, celui-ci lui renvoie un volée de bois vert… Pasteur, le petit nouveau de l’Académie est remis à sa place !

Pasteur était un travailleur, extrêmement travailleur mais peut-on arriver à de grandes découvertes sans être un travailleur acharné, au point d’en paraitre même morose car le rire n’était pas son fort, il ne riait jamais, peut-être parce que le rire est contagieux…Mais il faut dire que Pasteur n’a pas été épargné par la vie qui lui a infligé de grandes douleurs avec la mort de trois de ses filles.

Le livre aborde donc plusieurs aspects de la personnalité et de la vie du scientifique et pose notamment une question : » Pasteur était-il un ami des animaux ?  Erik Orsenna nous dit que oui mais je ne suis pas d’accord avec ses arguments que je ne vous dévoile pas par ailleurs. Pour moi, Pasteur était un enquêteur acharné, un homme qui n’aimait pas que ses questions restent sans réponse. Pour vous faire votre avis, lisez « La vie, la mort, la vie » car Erik Orsenna est un grand écrivain, lui aussi enquêteur mais des âmes et l’Histoire avec un grand H n’est pas oubliée par ailleurs.

Erik Orsenna « La vie, la mort, la vie » aux éditions Fayard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :